Logement ou qualité de vie en ville, faut-il choisir ?

Retrouvez nous sur : http://vanves.eelv.fr
Publié dans Non classé | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Grand Débat – Sèvres

Nous sommes quelques habitants de Grand paris seine Ouest de sensibilité écologiste a avoir décidé d’organiser une réunion publique du Grand débat qui devrait traiter de la transition écologique et de la démocratie et citoyenneté, deux des 4 thèmes proposés dans le cadre de ce débat.

La question centrale étant « Comment concilier transition écologique et justice sociale ? »
Il s’agira pour toutes celles et tous ceux qui viendront de débattre et proposer et s’il y aura débat, il n’y aura pas de « réponses » des uns ou de autres, experts, spécialistes, élu.e.s ou militant.e.s. Les propositions et commentaires seront transmis en intégralité au Grand débat, aucun processus de « relecture pour une synthèse » ne sera effectué.

Cette réunion aura lieu le vendredi 22 février à 20 heures à la salle Alphonse Loubat à Sèvres, 7 Grande Rue.

Publié dans Non classé | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Vous avez tué le « grand débat », vive le vrai débat ! Lettre au Premier ministre

Monsieur le Premier ministre,

Le mouvement des gilets jaunes a contraint le chef de l’État à initier un « grand débat ». 

Cette concession avait vocation à recueillir fidèlement la parole des Françaises et des Français qui sont aux prises avec un modèle dit « de développement » dont les conséquences sont la prédation sur les ressources naturelles et la destruction de notre environnement, la vie chère, la fragilisation du modèle de protection sociale et des solidarités, l’explosion des inégalités, le délitement de notre démocratie.

A la place de voir les gilets jaunes comme une chance pour remettre en question les injustices que de nombreuses et nombreux citoyen·ne·s subissent, vous les avez d’emblée perçus comme une menace.

La grande erreur de votre gouvernement est de ne pas prendre au sérieux ce mouvement qui n’est pas seulement l’expression d’un ras le bol fiscal, mais la traduction d’une crise de subsistance, au sens propre. La crise de civilisation à laquelle l’humanité est confrontée et les détresses qu’elle entraine devrait être considérée avec lucidité si votre volonté d’apporter des solutions véritables est sincère.

Hélas, aucun signe ne le laisse penser.

Pour que ce « grand débat » puisse être utile, trois conditions étaient indispensables: 

  • D’abord l’apaisement. La brutalisation des débats dans la société est un symptôme qu’il faut regarder en face et auquel il faut apporter des réponses. La captation du grand débat par la parole présidentielle et gouvernementale constitue une violence symbolique vis à vis de celles et ceux qui expriment avec force leur volonté d’être écouté·e·s et d’être vu·e·s.

A cette violence symbolique s’ajoute une violence bien réelle : celle d’armes dîtes « semi-létales » (LBD, grenades de désencerclement) dont l’usage répété et disproportionné ajoute au climat de brutalisation et de violence. Il faut le redire : ces armes n’ont rien à faire dans l’arsenal nécessaire au maintien de la paix civile dans une démocratie. Elle doivent être interdites. Pour l’heure, leur usage doit être suspendu. Les écologistes condamnent depuis toujours et sans réserve la violence, d’où qu’elle vienne, comme mode d’action politique. C’est au nom de ce principe qu’il appartient à l’État d’être exemplaire en prenant l’initiative de la désescalade des violences.

  • La seconde condition qui a été « habilement » contournée par votre Gouvernement, était la garantie que ce débat soit mené par une institution indépendante afin de permettre une prise en compte fidèle et sincère de l’expression des Françaises et des Français. La mise à l’écart de la Commission national du débat public qui dispose de cette indépendance, des compétences et de l’expérience pour mener cette mission constitue un coup de force de la part du chef de l’État et de votre Gouvernement.

C’est ainsi que ce grand débat a été finalement « cadré » par le président de la République dans sa lettre aux français. Plus grave, dans cette lettre, le Président a indiqué que c’est lui qui assurerait le rendu des travaux. En clair, le Président pose les questions, y répond, et fait le compte-rendu. Pourtant, dans ce grand débat, le rôle du chef de l’État n’était pas qu’il parle, mais qu’il écoute. 

  • Enfin, pour que ce « grand débat » ait du sens, il aurait fallu que le chef de l’Etat et votre Gouvernement soient sincèrement ouverts à changer de cap politique en fonction de l’expression des Françaises et des Français. Là encore, les déclarations successives des représentant·e·s de la majorité montrent qu’il n’en est rien. Plus grave encore, les questions posées sur le site mis à disposition des citoyen·ne·s pour participer au débat escamotent le champs des réponses possibles. Sur la question des dépenses publiques, par exemple, les choix proposés en matière d’économies sont la défense, la sécurité, l’environnement, l’éducation… mais pas les niches fiscales. Elles constituent pourtant le premier budget de l’État.

Ces trois conditions indispensables ont été foulées au pied ou contournées. Nous ne participerons donc pas au comité de suivi d’une initiative qui passe à côté des objectifs démocratiques affichés. 

Mais nous mènerons malgré tout ce débat, un vrai débat, auprès de celles et ceux qui le souhaitent vraiment: les Françaises et des Français.

Nous contribuerons donc de bon cœur et avec sincérité à cet élan et cette attente de discussions, de démocratie, de changements, mais pas dans le cadre limité que vous avez souhaité imposer.

Je me permet d’ajouter, Monsieur le Premier ministre, qu’en tournant le dos aux aspirations démocratiques légitimes d’une partie importante de nos compatriotes, vous contribuez à fissurer encore d’avantage la confiance déjà fragile qui subsiste entre les représentant·e·s politiques et leurs mandant·e·s. Au fond, cette cécité et cet entêtement constituent sans doute votre faute la plus grave car ses conséquences, si elles adviennent, sont sans retour.

David Cormand
Secrétaire national d’Europe Écologie – Les Verts

Publié dans Non classé | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Café citoyen zéro déchet

Café citoyen zéro déchet, sur les économies d’électricité :
Jeudi 31 janvier 2019 de 19H à 21H
49 Esplanade Charles de Gaulle Nanterre


Publié dans Non classé | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Glyphosate ?

Bonjour à toutes et tous,

La semaine dernière était voté le rapport de la commission spéciale PEST, obtenue à la demande de notre groupe politique, et dont le but était de renforcer la confiance dans la procédure d’autorisation des pesticides, en la rendant plus transparente et plus responsable.

Vous retrouverez mon communiqué à ce sujet ici, ainsi que celui du Parlement européen .

Après avoir été accusés à tort d’avoir renoncé à l’interdiction du glyphosate, nous avons compilé ici l’ensemble de nos actions des trois dernières années concernant le glyphosate et expliqué pourquoi nous n’avons pas voulu faire capoter le vote à une très large majorité d’un rapport important reprenant les principales critiques et propositions que nous formulions jusqu’ici. Plus de 140 ONG concernées par le sujet soutenaient notre positionnement. 

Merci d’avance de diffuser ce message afin que tout le monde soit bien informé des raisons qui ont poussé le groupe des Verts/ALE à ne pas voter un amendement d’interdiction du glyphosate, qui aurait ouvert la boîte de pandore des pires amendements portés par l’industrie et la droite eurosceptique, et aurait mené in fine au rejet d’un texte initial pourtant très ambitieux.

Amitiés écologistes,

Michèle Rivasi

Publié dans Non classé | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Prêtez de l’argent pour la campagne des européennes !

En mai 2019, les Européennes et Européens vont voter pour élire leurs représentant.e.s au Parlement européen. Les lobbies se soucient de l’Europe et ce sont eux qui ont tout intérêt à ce que les citoyen.e.s ne se mêlent pas trop des processus décisionnaires. Défense de l’huile de palme, inaction face à l’évasion fiscale, promotion des énergies nucléaire et fossile, défense de la chasse, remise en cause de l’avortement… L’impact de leurs activités sur nos vies est fort. Et en période électorale ils savent qui financer pour défendre leurs intérêts.

Mais qui défend l’air pur, l’eau non polluée, les abeilles et le climat ?

Qui défend une économie écologique au service des populations, une société ouverte, d’égalité, de droits et d’émancipation ?

Voilà pourquoi nous lançons cet appel donnant la possibilité à toute citoyenne et tout citoyen de nous faire un prêt (avec ou sans intérêt) ou un don et de nous rejoindre afin que notre campagne fasse entendre sa voix plus fort que celle des lobbies.
Le vivant et les communs n’ont pas de carte bancaire.

Rendez-vous sur : toutcommenceavecvous.eu

Alors aidez EELV en prêtant un peu d’argent pour faire une bonne campagne.

« Tout commence avec vous »

Publié dans Européennes 2019 | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire