Enquête publique « Place de la gare » – Observations

Enquête Publique portant sur la demande de Permis de Construire pour un projet d’aménagement du Quartier Grand Place, dit « Place de la Gare », déposée par La SPLA Panorama Vallée Sud – Grand Paris

Sur les modalités de l’enquête publique

Comme cela a déjà été relevé dans les observations d’autres intervenants, nous rappelons que cette enquête publique, sur un sujet complexe engageant l’avenir de la ville pour une durée très importante, est conduite sur la durée minimale prévue par les textes : 30 jours, dont 14 jours de vacances scolaires, jours fériés etc. Ces 30 jours sont censés être suffisants pour que les Clamartois puissent consulter les 60 documents mis à leur disposition et donner leur avis sur le projet, voire émettre des propositions d’évolution.

En ce qui concerne le groupe EELV Clamart, compte tenu des contraintes précédemment énoncées, nous nous sommes concentrés sur l’étude d’impact, l’avis de la MRAe et la réponse de la SPLA Panorama (280 pages de documentation au total…).

Sur le problème des pollutions résiduelles

La MRAe, dans son avis du 1er avril, relève dans l’étude d’impact un certain nombre de problèmes et de questions restées sans réponses claires, notamment la gestion de la forte pollution en hydrocarbures (estimée à 67 tonnes sur 7 500 m2) existant au niveau de la nappe souterraine.

Dans la réponse fournie par la SPLA (le lendemain 2 avril !), un certain nombre d’affirmations sont présentées qui reprennent et viennent compléter les informations fournies par l’étude d’impact. Ces informations visent à assurer que la pollution résiduelle sera à un niveau « acceptable » dans les sous-sols des bâtiments C, D, E, F et G et que l’école et la crèche ne seront pas concernés.

Nous persistons à penser que la situation exacte de la zone polluée n’est pas connue avec précision et que les un ou deux (non précisé dans la documentation ?) sondages réalisés au droit du site de ces établissements « sensibles » paraissent insuffisants pour se prononcer avec certitude sur le niveau de pollution dans cette zone.

Les simulations destinées à estimer les niveaux de pollution résiduelle après traitement s’appuyant sur des données parcellaires et insuffisantes sont donc à notre avis à prendre avec beaucoup de recul.

En ce qui concerne le niveau de pollution en surface (risque d’inhalation de toxiques volatils, des poussières des remblais avec « anomalies diffuse en métaux et en organiques »), les vapeurs seront potentiellement présentes, après dépollution, sur une grande partie du complexe immobilier mais ce danger est supposé être neutralisé par la couverture des sols (réponse SPLA Panorama). Une telle hypothèse d’étanchéité, maintenue au fil du temps et des aléas divers, nous parait être extrêmement optimiste.

La compatibilité de l’état des sols avec l’usage qu’en prévoit ce projet, notamment les établissements scolaires et la « promenade jardinée », n’est à notre sens pas démontrée.

Enfin, et compte tenus des alinéas précédents, la question se pose de la cohérence de ce projet avec la circulaire du 8 février 2007 relative à l’implantation sur des sols pollués d’établissements accueillant des populations sensibles (crèches, écoles maternelles et élémentaires, etc.) qui énonce que la construction de ces établissements doit être évitée sur les sites pollués, notamment lorsqu’il s’agit d’anciens sites industriels. Qu’en est-il du respect de l’esprit de ce texte en termes de principe de précaution ? Est-il vraiment raisonnable de décider d’implanter des établissements accueillant de jeunes enfants dans une zone ayant un tel passé ?

Sur l’aspect architectural et écologique du projet

Le projet se veut un « éco-quartier » mettant en avant un caractère végétal et privilégiant piétons et cyclistes. Son parti pris architectural marqué déclare « s’inspirer des immeubles néo-haussmannien du début du 20e siècle existants ».

De fait, ces choix architecturaux et de conception ne correspondent ni à l’image de Clamart dans les environs immédiats, il suffit pour s’en assurer de parcourir le quartier, les rues avoisinantes (voire la ville, caractérisée par une extrême diversité), ni au style retenu par la gare du Grand Paris adjacente. Ils relèvent tout au mieux d’un « parti pris architectural », imposé de façon très récente dans les nouvelles constructions clamartoises, correspondant à une vision nostalgique d’un Clamart qui n’a jamais existé.

Pire encore, ces choix conduisent à interdire des projets plus audacieux, véritablement en phase avec notre époque et la notion d’éco-quartier : murs et toitures végétalisées, panneaux photovoltaïques, gestion avancée de l’eau et des déchets, recherche d’une véritable mixité générationnelle et sociale…

Ce projet aurait dû être l’occasion d’un travail de fond sur l’accessibilité à vélo, or les aménagements relatifs aux circulations douces sont présentés de façon extrêmement succincte et la réponse de la SPLA aux remarques formulées par la MRAe sur ce point tient en une phrase « Le projet est entièrement accessible aux piétons et aux vélos en continuité. » !

Les aménagements cyclables dans ce secteur manquent et continueront à manquer de continuité et il n’y aura pas de réel maillage des voies de circulation douce. Les parkings à vélos semblent sous-dimensionnés au regard de ce que devraient être les ambitions d’un « éco-quartier », et les parkings à vélo sécurisés, à même d’augmenter l’attractivité de ce type de circulation, ne sont que mentionnés sans être quantifiés ce qui semble témoigner de l’intérêt que leur portent les concepteurs du projet.

Les associations proposent depuis des années un aménagement simple et efficace, hors circulation, reliant la gare de Clamart à la coulée verte du TGV en longeant la gare de Vanves. De la gare de Clamart, cette piste pourrait utiliser le talus de la SNCF et rester à niveau pour franchir la rue du Colonel Fabien par une passerelle piétons/cyclistes, qui gagnerait une piste cyclable sur le boulevard Stalingrad. De là il est possible de joindre la gare de Vanves par la sente qui longe les voies du train. Ce projet, soutenus par les associations de cyclistes de Vanves et Clamart et proposé lors des réunions de « concertation » n’a jamais été réellement envisagé.

Enfin, le problème de la conjonction sur un même lieu, le Bd Frères Vigouroux, aux mêmes horaires, de  transports en commun à destination des deux gares, d’un trafic automobile pendulaire et de dépose rapide, et de la circulation induite par les entrées d’école et crèche, amène à se poser des questions quant aux niveaux d’embouteillages, de nuisances sonores et de pollution qui seront atteints sur cette zone.

Sur la « concertation »

Bien que l’étude d’impact fasse un compte rendu assez positif de la concertation, il faut rappeler que celle-ci s’est passée dans une ambiance extrêmement tendue et a été l’objet d’incidents notables.

D’importantes demandes du public, portant notamment sur la préservation de l’actuelle place de la Gare et de sa perspective (consensus), sur les traitements des intermodalités et des circulations douces (consensus), ainsi que sur l’évaluation de l’intérêt de bâtiments de plus grande hauteur permettant de libérer les espaces en surface ont de fait été minorées voire ignorées.

Au final ces réunions semblent avoir essentiellement servi à présenter, de façon sommaire, un projet déjà acté dans ses grandes lignes et à répondre, sur la forme plus que sur le fond, aux exigences réglementaires de concertation.

En conclusion

Cette opération immobilière a déjà été l’objet de très nombreuses remarques portant notamment sur l’absence de prise en compte des résultats de la concertation conduite en 2015, du peu de cas fait de l’intermodalité (ex : interconnexion Gare / Terminal T10 rue de Meudon), des circulations douces, piétons et vélos (parkings sécurisés, passerelle coulée verte…) etc.

De son côté la MRAe a noté le manque de précision sur le contenu du projet, sur l’extension exacte des zones polluées, avant et après traitement, sur le caractère insuffisamment étayé des analyses relatives à la gestion des déplacements, des intermodalités et des liaisons douces, des effets de l’exposition aux nuisances sonores et vibratoires…

Les réponses, rapides et parfois sommaires, de la SPLA sur tous ces points nous semblent insuffisantes et laisser subsister un fort niveau d’incertitude, notamment sur la pollution résiduelle en surface et dans les bâtiments sensibles.

Comme d’autres associations, nous déplorons le manque d’ambition écologique du projet qui se cantonne dans ce domaine au minimum légal alors que nous avions là l’opportunité de bâtir un quartier exemplaire et ambitieux dans ce domaine. « Un projet immobilier qui marquera Clamart pour plusieurs décennies mérite certainement mieux que ce qui nous est proposé ici ».

Pour toutes les raisons développées plus haut nous n’approuvons pas ce projet immobilier, dans son contenu et dans ses modalités de réalisation, et nous vous demandons de bien vouloir émettre un avis défavorable à cette demande de permis de construire (autorisant  notamment la construction d’établissements sensibles en zone partiellement dépolluée).

Nous demandons qu’au minimum toute décision soit suspendue en l’attente de réponses claires, précises et argumentées de la SPLA aux nombreux questionnements évoqués.

Enfin, nous nous associons aux demandes, déjà déposées par plusieurs associations, de prolongation de cette enquête publique et d’organisation d’une réunion publique permettant de répondre aux questionnements évoqués précédemment et de venir compléter la phase de concertation, insatisfaisante de notre point de vue, conduite en 2015.

 Le groupe EELV-Clamart

Courrier : EELV, 10 rue des Sablons, 92140 Clamart

Courriel : contact@eelv-clamart.fr

Site Web : www.eelv-clamart.fr

Avis déposé le 30 avril 2019
(Registre électronique d’observations)

Publié dans Environnement Energie Santé | Marqué avec , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

Rayonnement de la France

Toujours à la pointe de l’audace, François de Rugy envisage un potentiel référendum sur le climat en 2020. Les paris sont ouverts sur la question qui sera posée: « Pour ou contre la fonte des glaciers? » « Faut-il sauver la planète? » « Avez-vous vraiment trop chaud? ». On a vraiment hâte.

Voir l’article de Libération

Publié dans Environnement Energie Santé | Laisser un commentaire

Nanterre : les candidats écolos dénoncent la pollution au béton

Publié dans Environnement Energie Santé, Non classé | Laisser un commentaire

Pas de débat sans écologie !

Europe Écologie Les Verts s’indigne du choix de la chaine LCI d’organiser ce soir un débat politique, « La grande confrontation », avec les dirigeants de plusieurs partis politiques… mais pas les écologistes !

En pleine campagne électorale, ce choix de la part de la chaine et de son journaliste David Pujadas témoigne d’un mépris pour la pluralité du débat politique. Alors que les écologistes sont crédités d’environ 8,5% dans les sondages, disposent d’un parti transnational et d’un groupe parlement européen depuis plus de vingt ans, aucun critère en effet ne permet d’écarter Europe Écologie Les Verts et d’inviter plutôt François Bayrou, Olivier Faure ou Adrien Quatennens. Avec de telles règles, Emmanuel Macron n’aurait même pas participé aux débats de l’élection présidentielle !

LCI semble ignorer les marches pour le climat, les deux millions de signatures de l’Affaire du siècle, les grèves de la jeunesse, les actions de désobéissance civile… LCI semble aussi ignorer que le mouvement des « gilets jaunes » a été déclenché par la fiscalité carbone. L’écologie est devenue une préoccupation centrale de la population mais est écartée des plateaux télévisés.

Ainsi, les écologistes ne pourront pas faire part sur le plateau de LCI de leurs propositions pour le climat, pour le pouvoir de vivre, pour la mobilité, pour la démocratie. Nos solutions, pourtant discutées par tous les autres mouvements politiques depuis des semaines, ne seront pas défendues.

David Cormand, Secrétaire national d’Europe Écologie – Les Verts, a écrit au Président – directeur général de la chaine afin d’obtenir des explications, et demande notamment à ce que la méthode qui a préside à l’organisation de ce débat soit rendue publique.

Alors que les enjeux écologiques sont au cœur du débat public et de l’élection européenne ce choix de LCI est incompréhensible.

Julien Bayou et Sandra Regol, porte-parole nationaux

Lire ici le courrier de David Cormand à LCI.

Publié dans Européennes 2019 | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Aberration

Le qualificatif utilisé par Yannick Jadot pour parler du projet Lyon-Turin, serpent de mer parmi les projets coûteux et absurdes. La tête de liste écologiste et sa colistière Karima Delli rencontraient hier leurs homologues italiens.

Publié dans Environnement Energie Santé, Non classé | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Confirmation

Celle des prédictions climatiques énoncées il y a dix ans. Non seulement elles se sont réalisées, mais la situation est encore pire que celle qu’on avait imaginée. Le message est assez clair.

Publié dans Environnement Energie Santé | Marqué avec , | Un commentaire