WIFI partout, santé nulle part

À Clamart, il était encore possible d’aller lire un livre ou feuilleter tranquillement une bande dessinée au sous-sol de la médiathèque de la buanderie, sans être plongé dans le brouillard des ondes électromagnétiques.

Mais voilà, sans doute sollicité par quelques porteurs compulsifs de tablettes digitales, le Maire a décidé de réparer cet oubli majeur en faisant installer un équipement WIFI.

L’avis des personnels n’a pas été requis, ils seront pourtant soumis aux rayonnements dans la journée.

Pourtant, même si le niveau d’exposition aux émissions WIFI est plus faible que celui des téléphones portables, des doutes subsistent quand à leur innocuité et leur utilisation est interdite dans les écoles d’un certain nombre de pays (dont la Grande-Bretagne et l’Allemagne). Plus près de nous, la Bibliothèque Nationale de France a décidé, par mesure de précaution, de ne pas installer de réseau WIFI dans ses salles de lecture…

En tant que chargé de mission aux systèmes d’informations de la ville de Clamart, je m’étais également prononcé contre cette installation, la jugeant non prioritaire compte tenu des dangers potentiels pour la santé. Elle pouvait d’ailleurs être remplacée par des connexions filaires.

Dans quelques années, certains regretteront peut-être la légèreté avec laquelle ces technologies ont été installées partout, en toute ignorance du principe de précaution et de santé environnementale.

Il ne pourra par contre pas être dit que personne ne s’y était opposé, à l’époque…

Quand le progrès technologique est évoqué, la prudence s’enfuit.

Ce contenu a été publié dans Environnement Energie Santé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *