De l’intérêt des logiciels libres

Les services publics s’informatisent chaque jour un peu plus pour une meilleure gestion des dossiers. Dès lors, une stratégie de développement informatique doit être pensée pour éviter les erreurs. Les données informatiques sont précieuses, et les programmes qui les manipulent tout autant. Il est donc fondamental que ces programmes soient stables, durables et publics pour ne pas être à la merci des desiderata ou aléas de sociétés informatiques privées, les grosses étant souvent hégémoniques, les petites restant fragiles dans le temps.

Aussi, les collectivités, qui ont souvent les mêmes besoins, ont tout à gagner à travailler avec des logiciels libres de droits. Ces produits «sources libres» ont l’avantage de pouvoir mutualiser les développements (baisse des prix) et d’être diffusables librement. Ces logiciels sont souvent plus fiables et moins chers si les commanditaires sont nombreux. Ils évoluent en fonction des besoins et non des intérêts marchands du moment.

 A l’initiative de plusieurs villes, communautés urbaines, conseils généraux, régionaux et d’associations, a été créé l’Association des Développeurs et des Utilisateurs de Logiciels Libres pour les Administrations et les Collectivités Territoriales (http://www.adullact.org ) qui regroupe de nombreuses collectivités, villes, départements, régions.
A quand l’adhésion de la ville de Clamart, pour une démarche progressive vers ces produits informatiques durables ?

Vincent.Gazeilles

fev 2005

Ce contenu a été publié dans Politique - Gouvernance, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *