Inondations à Clamart, arrêtons de bétonner les jardins !

 

Les orages ont été virulents cet été et le seront encore. Vu les volumes d’eau atterrissant sur notre territoire en si peu de temps, il est exclu de pouvoir tout évacuer « à l’égout ».

Finalement, les sous-sols des habitations clamartoises finissent par accueillir des eaux de pluie que les tuyaux municipaux ou départementaux ne veulent plus.

 

Parallèlement, en passant dans les rues, chacun peut constater le bétonnage de dizaines de mètres carrés de sols précédemment en pleine terre, notamment dans les zones pavillonnaires.

La terrasse extérieure carrelée ou la nouvelle allée cimentée pour conduire sa voiture au garage sont responsables des inondations en cas d’orage : l’eau de pluie ne va plus dans la terre et part engorger les égouts, et les caves…

 

Il faut donc évoluer :

  • respecter l’obligation du plan local d’urbanisme qui impose limitation obligatoire du rejet d’eaux pluviales pour les constructions neuves (2l/s/ha) ;

  • utiliser des pavés sans jointure étanche, des dalles de sol « engazonables » au lieu de bétonner les espaces verts ;

  • insérer une citerne de stockage (co-financée par Sud de Seine) sous chaque gouttière au lieu de les connecter directement à l’égout. Cette eau de pluie peut être utilement réutilisée (arrosage, WC, machine à laver le linge…).

 

Éviter les inondations, et les coûts financiers qui les accompagnent, c’est éviter que l’eau de pluie parte à l’égout, pour les constructions neuves comme pour l’ancien.

 

Agissons tous !

 

Vincent Gazeilles    Clamart Info , Oct 2008

Ce contenu a été publié dans Environnement Energie Santé, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *