La fatigue sans doute ?

 

Dans un nouveau journal en ligne « le Clamart engagé » disponible sur le blog de M. Berger on peut lire quelques raccourcis surprenants. Il en est un qui nous concerne plus particulièrement.

Pour la première fois depuis le début de cette mandature l’élu UMP prend la peine de nous citer. Il semble qu’il ait conservé un pénible souvenir du mauvais score réalisé par l’UMP à Clamart lors du scrutin des européennes (29,02% quand le résultat du département est de 34,36% et de 29,60 % pour la région) quand Europe écologie obtenait 23% des voix soit 3% de plus que la moyenne du 92 et 7 % de plus que la moyenne de la région. (résultats détaillés ici)

Nous pouvons lire en en-tête de la brève : « Récemment dopés par des résultats électoraux inédits en Ile-de-France, les Verts de Clamart se rebiffent et tentent d’imposer leurs idées face au maire socialiste. » A sa décharge M. Berger n’a pour lui que son peu d’expérience à Clamart. Il nous juge donc dociles et inoffensifs. Nous devrions donc pester envers et contre tout comme il le fait pour lui sembler plus pertinents ? Nous ne reprendrons pas ici les nombreuses interventions au sein du conseil municipal depuis 2001 début de la première mandature. Toutes ont été faites à propos et sont toujours documentées. Nous l’invitons à se rapprocher du service des archives municipales qui ne manquera pas de lui fournir les comptes rendus nécessaires.

 

Par delà cette remarque, il y a aussi une question de forme. Les Verts ne tentent pas d’imposer leurs idées, il ne s’agit pas pour nous de mener un combat contre d’autres formations politiques, il s’agit pour nous de convaincre de la justesse de nos observations, il s’agit pour nous de faire prendre conscience au plus grand nombre des dangers environnementaux et sociaux qui nous menacent. « Bis repetita placent » disaient les anciens ; C’est en répétant les choses qu’on finit par convaincre.

 

Sur ce point de vue, il semble qu’une grande partie de l’électorat de Clamart ait compris notre message. Cela ne semble pas être le cas de M. Berger. Répétons-le : si ce que quelqu’un dit où fait est en cohérence avec ce que nous disons ou faisons, pourquoi alors combattre cette personne ? Au contraire, travaillons avec elle pour que le résultat soit à la hauteur de ce qu’il conviendrait de faire. C’était par exemple, la raison qui a fait que Cécile Dufflot ait accepté l’invitation de N. Sarkozy dernièrement. Faire avancer ses idées est toujours plus productif (et plus difficile) que de combattre celles des autres.

 

Un peu plus loin dans la brève, nous lisons : « Lors des débats, les Verts se sont vivement opposés au financement et à l’installation de caméras dans les lieux publics. Résolument CONTRE cette décision du maire, les Verts ont donc voté… POUR la délibération! »

 

La mauvaise foi n’étant pas de mise pour un élu de la République, nous supposons qu’il ne s’agit que d’un oubli. Voici donc un complément d’information.

 

Il s’agissait du « Vote des décisions modificatives n° 2 du budget principal de la vile et du budget annexe Jean Arp » (point N° 8 du compte rendu disponible sur le site de la mairie) Il ne s’agissait donc pas uniquement d’un point sur les caméras de vidéosurveillance comme le texte le laisse entendre.

Vous pouvez lire sur notre site l’intervention de L .Wartelle sur ce sujet. La conclusion de son intervention précisant pourquoi nous avons voté cette délibération : « Le vote étant global et non détaillé par article, nous approuverons cette décision modificative dans la mesure ou nous soutenons certains points comme le changement en basse tension de l’éclairage public et l’acquisition foncière du centre commercial de la plaine. Mais nous rappelons et je souhaite que cela soit noté, que nous sommes fermement opposés à l’installation de caméras de vidéosurveillance sur le domaine public. »

En conclusion M. Berger croit pertinent de dire : « Un petit regard oblique de celui qui verse les indemnités d’élus en fin de mois suffit à calmer les esprits le temps d’un vote. » C’est là une méthode peu louable ; laisser penser au lecteur que l’aspect financier guide les actions du groupe des Verts. Chacun est souvent victime de ses propres démons, et il est alors difficile de comprendre l’autre. C’est peut-être alors que M. Berger nous a imaginé des motivations qui seraient les siennes ? Devons nous lui parler de décroissance raisonnée ? Devons nous lui vanter les mérites du consommer moins = consommer mieux ? Parlerons-nous des indemnités des élus UMP dans les villes qu’il dirige ?

 

 

Enfin, nous observons une certaine incohérence dans l’ensemble du document, M. Berger se plaignant dans un article du manque de vidéosurveillance à Clamart et se faisant écho dans un autre de l’installation de caméras dans les médiathèques. La fatigue sans doute ?

François Soulabaille

Secrétaire local des Verts de Clamart

 

 

Reblog this post [with Zemanta]
Ce contenu a été publié dans Politique locale, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *