Au Conseil municipal d’octobre 2009

Rien de très copieux pour cette séance d’octobre : plusieurs demandes de subventions au Conseil régional et des démolitions de vieux bâtiments.

A ce sujet, nous demandons la conservation de certains matériaux sur place dans une logique de décontrution/reconstruction. Il est en effet absurde d’évacuer des matériaux par semi remorque s’ils peuvent être réutilisés pour le chantier suivant.

C’est par exemple le cas des pierres des maisons de la rue de Bièvre.

A 21h30, l’ordre du jour était épuisé pour ce qui concernait les délibérations.

Il restait à examiner un voeu dont le groupe des élus Verts était à l’origine : le soutien du Conseil municipal de la ville de Clamart à l’initiative associative « L’ultimatum climatique » dont le but est de faire pression sur les décideurs pour que le sommet de Copenhague contre le réchauffement climatique débouche sur des objectifs et des actions ambitieux.

Lionel Wartelle lu le voeu (voir le texte ici) dans l’espoir d’un vote à l’unanimité.

L’opposition signala ne pas avoir reçu le document en temps et en heure. Hélas, il semble bien qu’en effet, le cabinet du Maire en charge de ces envois ne lui ait pas transmis le texte à temps. Dont acte.

Mais le plus édifiant fut la façon dont les groupes Socialistes, Communistes et Indépendants refusèrent de voter cet appel. Eux avaient pourtant reçu le projet depuis plusieurs semaines via leur Président de groupe.

Le groupe socialiste considéra que l’enjeu de la lutte contre les gaz à effet de serre était absolument prioritaire mais que finalement, le Maire n’avait pas à signer l’appel et que le texte devait être retravaillé sans préciser où et quand. Un bel exemple
d’hypocrisie !

Les communistes étaient bien entendus totalement favorables au principe mais ne pouvaient s’engager en rien, ne sachant pas ce que seraient les déclinaisons concrêtes du sommet de Copenhague. Que par ailleurs, il fallait préciser le rôle destructeur du libéralisme et du capitalisme dans les désordres écologique mondiaux. Malgré un amendement dans ce sens proposé par les Verts (*), cela n’etait toujours pas suffisant pour appeler à lutter contre la surchauffe de la planête !

Quant aux « Indépendants », ils n’avaient visiblement pas eu suffisament le temps d’étudier ce dossier du rechauffement pour se prononcer en connaissance de cause.

Malgré l’insistance des Verts du fait de l’importance de ce sujet, la seule décision importante de ces trois groupes de la majorité clamartoise fut de reporter ce voeu à un prochain conseil municipal.

Le ridicule, à la différence de l’effet de serre, ne tue pas.

 

Ce contenu a été publié dans Politique - Gouvernance, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *