le pouvoir d’achat


Le pouvoir d’achat en question : une promesse socialement injuste et productiviste bien tenue

Il y a urgence. Oui, de plus en plus de personnes n’ont pas de quoi acheter le nécessaire à leur vie quotidienne. Oui, beaucoup de travailleurs ne peuvent plus louer un logement. C’est inadmissible dans un pays au PIB bien portant comme le nôtre.

Quant à l’accès à des produits de qualité, à une nourriture non cancérigène, des vêtements et du mobilier qui ne soient pas produits dans de mauvaises conditions de travail et environnementales, le compte n’y est pas, loin de là. Transportés trop souvent du bout du monde par avion, il entrainent un coût carbone désastreux pour la planète.

Face à ces enjeux, la réponse du président de la république n’est pas à la hauteur. Que veut dire cette seule et unique réponse : augmenter le pouvoir d’achat des Français ?

Acheter plus, donc produire plus, donc polluer plus : est-ce vraiment l’objectif – le seul qui plus est – à atteindre lorsqu’on se targue d’inaugurer une vraie politique respectueuse de l’environnement ?

Quelques semaines après le Grenelle de l’environnement, les Verts déplorent que le pouvoir d’achat soit la réponse centrale dans la communication présidentielle et gouvernementale.

Axée sur le slogan du « travailler plus pour gagner plus », la politique du gouvernement est inadéquate d’un point de vue environnemental et socialement injuste.

Pour répondre de manière responsable, socialement juste et cohérente d’un point de vue environnemental, les Verts proposent que soient immédiatement supprimées les aides aux agrocarburants qui évincent les cultures et exercent une pression à la hausse sur les produits agricoles nécessaires à la fabrication de produits de première nécessité. Ils demandent également que la taxe carbone soit mise en place dans les meilleurs délais et que celle ci aide à la production et à l’agriculture respectueuses de l’environnement pour en réduire le prix public.

Les Verts demandent que les loyers soient encadrés afin de limiter leur augmentation entre les changements de bail.

Par ailleurs, les Verts rappellent que le slogan présidentiel oublie d’évoquer les minima sociaux, les petites retraites et les personnes handicapées souvent exclues du marché du travail. C’est aussi en relevant ces minima et en luttant mieux contre les discriminations à l’embauche que ces situations inadmissibles disparaitront.

Enfin, la politique du gouvernement menée au cours de ces derniers mois a en effet favorisé le pouvoir d’achat… des plus riches. Les autres n’ont fait que s’appauvrir un peu plus. Ainsi, les franchises médicales portent elles plus atteinte aux revenus les plus modestes. En espérant que les franchises juridictionnelles ne reviendront plus à l’ordre du jour…

Anne Souyris Porte parole nationale des Verts

Ce contenu a été publié dans Social - Solidarités, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *