Faut-il être fou pour dépenser plus ?

Maintenant c’est au tour des allergisants.

La chine est le haut-lieu de tous les méfaits, nous pouvons en être certains puisque, régulièrement, la presse nous informe de ce qui s’y passe chez leurs industriels.

Cela a commencé par une histoire de lait frelaté et donc toxique. Cela a eu peu d’incidence chez nous autres les bons occidentaux. Les petits chinois étant seuls concernés. Ah, mais non ! Nous a t’on signalé un peu plus tard : quelques bonbons au lait chinois seraient parvenu en notre bel occident, mais rien de bien grave puisque ces bonbons s’achètent principalement dans les magasins d’alimentation asiatiques. Si vous mangez « français » vous êtes donc à l’abri.

Puis nous avons eu vent de poupées Barbie au plomb et « potentiellement » dangereuses pour nos enfants. Décidément ces chinois n’aiment pas les enfants. Au passage, l’occident est un peu plus concerné. Barbie l’américaine est une poupée « bien de chez nous ». Barbie plombée, voilà comme un symbole qui vacille.

Et maintenant l’atteinte est encore plus proche : voilà des bottes « françaises » allergisantes, des bottes qui donnent de l’eczéma « à cause des chinois ».

Arrêtons nous un instant et réfléchissons.

Vous vous souvenez du slogan de cette autre marque de chaussures: « il faudrait être fou pour dépenser plus ». Ça sonne comme un slogan pour la mondialisation, non ?

Etam a donc appliqué à sa production ce qu’Eram proposait à ses clients : dépenser moins. Il a donc cessé de dépenser en Europe et choisi de dépenser en Chine. Parce qu’on y « dépense » moins. Le salaire d’un ouvrier est une dépense, la maitrise complète d’une fabrication est une dépense, le contrôle de qualité est une dépense…

Donc, il faut dépenser moins (pour gagner plus) parce « qu’on n’est pas fou » et donc pour cela on achètera en Chine ou ailleurs des produits finis fabriqués sans cahier des charges ou presque, sans démarche qualité et également sans éthique, en employant des ouvriers non qualifiés, voire des enfants…

Pourquoi s’en priver puisque face aux normes Européennes de production, il n’y a pas la même exigence Européenne d’importation ? L’Europe n’exige pas que ce qu’elle achète soit produit selon les normes qu’elle exige pour ce qu’elle produit.

On peu donc importer en Europe, sans grand risque financier, des produits étrangers (Chinois, par exemple) sans même procéder à un minimum de contrôles sanitaires ou techniques

En Europe, le consommateur à t-il le choix de ne pas acheter ces produits ? Ses revenus rongés par la mondialisation ne lui permettent plus vraiment de faire la fine bouche et d’acheter Européen. Il achète donc massivement des produits importés, contribuant dans le même temps à sa stagnation salariale.
Mais son patron a encore le choix de prendre des engagements éthiques. Mais l’Europe a encore le choix d’obliger à ce que ces engagements d’éthique soient exigés pour ses importations.

L’échéance Européenne approche. En juin nous aurons quelques moyens pour changer ces choses.

Oui, nous le pouvons.

Ce contenu a été publié dans Politique - Gouvernance, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *