Hôpital Béclère en danger !

«Qui veut tuer l’hôpital fabrique son déficit», telle est bien la devise de ce gouvernement engagé dans la casse systématique des hôpitaux publics.

Après la fermeture d’hôpitaux de proximité, des dizaines de services hospitaliers sont menacés de disparition par les Agences Régionales de Santé, qui appliquent la loi Bachelot et les instructions du Medef. En Ile-de-France, 37 hôpitaux de l’AP/ HP (Assistance Publique / Hopitaux de Paris) devraient être fusionnés en 12 groupes hospitaliers, conduisant à la suppression de 4 000 emplois d’ici 2012.

A Clamart, cette politique conduit au transfert des services de gestion administrative, du service Pneumologie et d’Hypertension Artérielle Pulmonaire (HTAP) vers l’hôpital Bicêtre. Le service Cardiologie est aussi menacé.

  • 41 lits de pneumologie et 42 lits de cardiologie seraient supprimés !
  • Des dizaines de postes disparaîtraient !

Nous refusons toutes ces mesures prises contre la santé publique, qui, au nom des « déficits », ne visent qu’à la réduction des dépenses exigées par le gouvernement et l’Union Européenne, au mépris des besoins de la population. Car ce sont les malades et spécialement ceux des classes populaires qui vont payer de leur santé – et de leur poche – cette casse de l’hôpital, comme ils subissent les conséquences des attaques contre la sécurité sociale, l’augmentation de la franchise hospitalière de 91 à 120 euros, ou le déremboursement de certains médicaments.

A Clamart, de nombreuses initiatives soutenues par les syndicats (Intersyndicale Béclère, FSU, SUD-Poste), des associations (ATTAC, AC), des partis (NPA, FDG, EELV, PS), des élus, ont eu lieu pour éviter le démantèlement de notre hôpital. Le 23 juin un Comité de défense de l’Hôpital Antoine Béclère a été créé !

Pour nos organisations, le maintien d’un service public hospitalier de qualité, la défense du droit à la santé et de la sécurité sociale nécessitent une large mobilisation.

Dans cette mobilisation, que nous entendons poursuivre et amplifier, nous comptons sur le soutien des usagers pour obtenir l’arrêt de l’opération de fusion des hopitaux de Béclère – Bicêtre et Paul Brousse (maintien de tous les services à Béclère) et la fin des suppressions de postes arbitraires (procéder plutôt au recrutement des personnels nécessaires pour assurer la continuité d’un service public digne de ce nom).

Ce contenu a été publié dans Politique locale. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *