Les écologistes formulent des propositions pour une sortie de crise

Lors des entretiens organisés ce lundi 3 décembre à Matignon, David Cormand, Secrétaire national, Sandra Regol, Secrétaire nationale adjointe et porte-parole et Yannick Jadot, député européen et tête de liste à l’élection européenne, ont pu exprimer les propositions et conditions des écologistes pour amorcer une sortie de crise face au mal-être social et à la fracturation territoriale sans renoncer ni à la protection du climat, ni à la justice sociale.

Les écologistes portent un projet concret pour la France qui réconcilie celles et ceux qui appréhendent la fin du mois comme la fin du monde. Nous ne demandons pas le report ou la suspension de la taxe carbone, parce que l’urgence climatique implique de trouver des outils. Mais nous déplorons une utilisation unique du levier fiscal là où la situation impliquait de donner une réponse écologique et sociale aux problèmes subis par une majorité de français-es. Nous demandons des réponses rapides et concrètes de lutte contre la vie chère et pour la justice fiscale, une concertation collective pour le pouvoir de vivre ainsi qu’un plan d’investissements écologiques.

Justice fiscale et lutte contre la vie chère

La  fiscalité carbone est nécessaire pour assurer de meilleures conditions de vies à la population. Elle doit être un outil de justice sociale et environnementale et s’appliquer à l’ensemble des énergies fossiles. A ce jour, la fiscalité carbone des ménages est 3 à 6 fois plus taxée que celle des grands pollueurs : une situation injuste qui doit cesser. Concernant le rattrapage de la fiscalité du diesel sur celui de l’essence, celui-ci doit être assorti de mesures compensatoires d’accompagnements plus larges, basées sur des critères sociaux et géographiques.

Les accords internationaux permettant d’exonérer de taxes les carburants de la mondialisation, le kérosène et le fioul lourd, constituent deux niches fiscales pour les plus riches qui doivent être supprimées. En attendant, la taxe d’aéroport doit être doublée et les recettes fléchées vers les infrastructures de transport collectif, celles dont tout le monde bénéficie, dont prioritairement le train.

Face à l’enjeu de la vie chère, la question du SMIC ne peut être éludée. Nous ne pouvons plus accepter d’entendre parler de « coup de pouce » quand il s’agit juste d’aligner l’augmentation du SMIC sur l’augmentation du coût de la vie… Nous demandons à ce que le SMIC net soit revalorisé de 10 %.  

Nous appelons également à la justice fiscale : l’impôt sur la fortune doit être rétabli, de même que la flat tax  qui doit être remplacée pour lutter contre l’évasion fiscale qui grève les finances publiques; enfin le CICE doit être supprimé. Les recettes obtenues doivent être fléchées vers la transition énergétique : efficacité énergétique et énergies renouvelables doivent être encouragées.

Des États généraux de la vie chère

Les débats que soulève le mouvement des gilets jaunes doivent amener à une réorganisation démocratique de la concertation. Les citoyens doivent être associés à la construction de solutions immédiates et concrètes pour plus de justice sociale. A l’instar de certains corps intermédiaires, EELV soutient l’organisation dans les meilleurs délais d’Etats généraux de la vie chère basés sur les besoins des personnes et intégrant des gilets jaunes  

La politique fiscale doit faire l’objet d’une réforme en toute transparence afin de la rendre juste, redistributive et écologique. Cette réforme doit assurer une lutte effective contre l’optimisation et l’évasion fiscale qui représentent 80 milliards de manque à gagner par l’État chaque année.

Nous demandons que ces Etats généraux se saisissent de l’encadrement des loyers qui donnera de nouveaux droits aux locataires du parc privé pour faire baisser les loyers qui dépassent les bornes de la décence. La loi ALUR doit constituer la base de ce travail. Face à la hausse des loyers qui appauvrit les locataires depuis dix ans, face aux marchands de sommeil qui vivent de la misère de nos concitoyen-nes, il n’est plus tolérable de poursuivre le laisser-faire.

Les aides aux plus fragiles doivent être restaurées, à commencer par les APL qui doivent être revalorisées. L’argent de la taxation des grands pollueurs, grandes fortunes et multinationales, ainsi que celui de l’évasion fiscale peut financer ces réformes sans augmenter la taxation des ménages et des petites et moyennes entreprises.

Un vaste programme d’investissements écologiques

Chaque euro collecté doit être rendu à la transition écologique. Les recettes (7,8 milliards d’euros en 2018) qui découlent de l’augmentation de la fiscalité écologique doivent être dédiées à la mise en place de solutions bénéfiques pour le plus grand nombre. De ce point de vue, nous regrettons que ni la programmation pluriannuelle de l’énergie ni le projet de loi mobilité ne répondent aux enjeux de la période.

Les écologistes appellent à rénover au plus vite les 2,7 millions de passoires énergétiques occupés par des ménages en situation de précarité énergétique. Se doter d’une véritable feuille de route à cet égard doit permettre de concilier un allègement de leur budget avec un cercle vertueux d’économies sur d’autres aspects comme les dépenses de santé. C’est aussi un secteur qui est amené à créer plusieurs centaines de milliers d’emplois. C’est donc un investissement qui présente de nombreux bénéfices pour la société.

En outre, la pollution coûte chaque année 100 milliards d’euros à la France et le diesel à lui seul 60 milliards, en dépenses de santé, de compensations, et autres. Ces dépenses s’alourdissent chaque année avec l’augmentation des pollutions générées : lutter contre la pollution est autant une mesure d’équilibre des finances publiques que de santé publique.

L’argent des banques ne peut plus continuer à financer la pollution. Cette année encore, les investissements des banques françaises dans les énergies fossiles sont en hausse, passant souvent par des financements indirects pour camoufler leurs forfaits. L’Etat ne peut laisser l’argent des ménages financer ces pollueurs. Les subventions à ces entreprises doivent également cesser.

Enfin, le mouvement des gilets jaunes a singulièrement fait ressortir une question territoriale qui ne se réduit pas à une conflictualité entre centralité et périphérie. La planification jacobine dans notre pays a conduit à un désaménagement de notre territoire alors même que la promesse était son aménagement. Nos territoires doivent être réparés. Un moratoire sur les centres commerciaux en périphérie, qui tuent la vie des centre-villes en contraignant à l’emploi de la voiture et en réduisant commerces et services publics, doit être mis en œuvre. Les investissements d’infrastructures doivent être concentrés en direction des infrastructures de transports collectifs ou de fret ferroviaire utiles. Les services publics doivent être revalorisés et renforcés dans les territoires qui ont été abandonnés.

Publié dans Politique - Gouvernance | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Fiscalité diesel : pas d’écologie sans justice

De nombreuses citoyennes et de nombreux citoyens font savoir qu’elles et ils se mobiliseront le 17 novembre contre le prix du carburant et contre la vie chère.

Ce mouvement spontané, même s’il est l’objet de tentatives de récupérations politiciennes, doit être entendu. Il est l’expression d’une colère nourrie par un légitime sentiment d’injustice.

Ainsi, Europe Écologie – Les Verts déplore les choix politiques de gauche comme de droite des 50 dernières années qui ont conduit à déménager le territoire en prétendant l’aménager : étalement urbain, multiplication des centres commerciaux, aménagement routiers et autoroutiers, espaces urbains dédiés aux voitures, allongement des parcours domicile – travail, disparition des services publics et des commerces de proximité, fermeture des lignes de chemin de fer et des gares, encouragement à acheter des véhicules diesel.

Si la fiscalité du carbone impliquant l’alignement des taxes sur le diesel sur celles de l’essence est nécessaire, Europe Écologie – Les Verts déplore lexonération fiscale dont bénéficie le kérosène pour les avions et le fioul lourd pour les bateaux de croisière et les porte-containers.

Le choix actuel du Gouvernement de n’orienter que 19% de la fiscalité carbone à la transition énergétique est à la fois injuste socialement et inefficace écologiquement.Sans le financement dalternatives, les personnes dépendantes de leurs voitures pour leurs déplacements continueront de sen servir. Cette fiscalité ne permettra donc pas de baisser les émissions de CO2. À cela s’ajoute l’injustice sociale car ce sont les plus pauvres qui ressentiront le plus violemment la hausse du prix du carburant.

Europe Écologie – Les Verts réaffirme la nécessité de découpler le développement de notre société de sa dépendance au carbone.

La course à l’accaparement des dernières gouttes de fossiles est annonciatrice de grands périls. Au niveau géo-politique, elle implique la prescription de tensions, de chaos, de conflits armés, en Irak, au Yémen, en Libye ou en Syrie. Au niveau social, elle conduit à une rupture de plus en plus brutale entre celles et ceux qui pourront encore jouir de déplacements carbonés et les autres. Elle conduit à l’accélération du changement climatique qui rend inhospitalier des territoires de plus en plus vastes sur notre planète entrainant des migrations subies qui seront de plus en plus massives. Au niveau environnemental, ces changements climatiques et cette économie extractive détruisent la biodiversité à un rythme inédit depuis la disparition des dinosaures. Au niveau économique, elle rend l’Europe dépendante de ressources inexistantes sur notre continent et donc vulnérable à des facteurs que nous ne maîtrisons pas.

Europe Écologie – Les Verts n’appelle pas à la journée de blocage du 17 novembre. À la coalition des rejets et des colères, nous préférons appeler à la construction dune coalition de projet.

C’est pourquoi, dans le cadre de la réflexion sur la fiscalité carbone et de la journée du 17 novembre, EE-LV rappelle:

– que le prix des énergies fossiles, de plus en plus rares et chers, va continuer d’augmenter. Il est donc indispensable de mener des politiques publiques afin de réduire et de décarbonner les déplacements.

– que la pollution de l’air et la dépendance aux énergies fossiles ont un coût économique et sanitaire : alors que la France versait en 2016 1,41 milliard d’euros de subventions annuelles à la production d’énergies fossiles, leur impact sur la santé est estimé à 16,5 milliards d’euros par an. Autrement dit, la France paye 12 fois en dépenses de santé ce qu’elle dépense en subventions pétrole.

L’enjeu de l’écologie telle que nous la défendons est de ne jamais opposer la menace de la fin du monde et la crainte de la fin du mois.Pour répondre à lurgence sociale, climatique et sanitaire Europe Écologie Les Verts propose:

– la fiscalisation du « carburant des riches », le kérosène. C’est dores et déjà possible pour les vols intérieurs. Il faut également l’obtenir au moins au niveau européen pour les vols internationaux en révisant la convention internationale de Chicago qui date de… 1944.

– la fiscalisation du fioul lourd pour les porte-containers et les bateaux de croisière.

– l’utilisation de 100% des recettes de la fiscalité carbone pour la transition énergétique: transports collectifs, efficacité énergétique, valorisation du passage de la voiture au vélo pour celles et ceux qui en ont la possibilité.

– l’accompagnement des plus fragiles pendant la période de transition par des chèques énergies sur critères géographiques et sociaux.

– la « réparation » des territoires avec un moratoire sur les nouveaux équipements routiers et l’étalement urbain. Conditionner l’urbanisation autour des axes de transport en commun structurants, déployer équitablement les services publics et les commerces de proximités, aménager l’espace urbain pour le rendre facilement accessible sans voiture.

– le désinvestissement carbone en stoppant les investissements dans l’extraction des ressources fossiles et en les réorientant vers les économies d’énergie et le renouvelable.

David Cormand, secrétaire national
Julien Bayou et Sandra Regol, porte-parole nationaux

Publié dans Environnement Energie Santé | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Adhésion à prix libre en Île-de-France

Europe Ecologie Les Verts Île-de-France vous propose de rejoindre le mouvement pour une région plus verte et plus solidaire en adhérant à prix libre.

 C’est le moment pour partager votre engagement auprès de vos ami-e-s et de vos proches ! Cette campagne d’adhésion permet à toutes et à tous de faire un pas vers l’écologie !

 Nous avons besoin de vos partages sur les réseaux sociaux : Facebook, Twitter, mais aussi dans la vie ! C’est ensemble que nous réussirons à faire vivre l’écologie politique dans notre région, et dans notre pays !

ADHESION / DON

Publié dans Non catégorisé | Marqué avec | Laisser un commentaire

Mobilisation contre les LGBTphobies

 

Depuis plusieurs semaines, presque quotidiennement, des agressions lesbophobes, gayphobes, biphobes ou transphobes se succèdent sur l’ensemble du territoire. Dégradations, insultes, agressions physiques, elles sont relayées par les victimes elles-même, sur les réseaux sociaux ou dans les médias. 

Pour soutenir les victimes et exiger des pouvoirs publics des mesures concrètes contre les LGBTphobies et en faveur de l’égalité des droits, Europe Ecologie Les Verts répond à l’appel pour une mobilisation massive

Dimanche 21 octobre à 17 heures, Place de la République à Paris.

Les mesures concrètes attendues comprennent:

  •  Le lancement par le gouvernement d’une campagne de sensibilisation nationale sur les LGBTphobies et ses effets
  •  La mise en place d’une formation initiale obligatoire sur la prévention des LGBTphobies pour les professeur.e.s, magistrat.e.s, policièr.e.s et gendarmes 
  •  L’adoption d’une circulaire conjointe des ministères de la Justice et de l’Intérieur rappelant l’arsenal législatif sur les LGBTphobies 

Rappelons que près de 6 personnes LGBT sur 10 adaptent leur comportement pour éviter injures ou agressions LGBTphobes et 1 personne LGBT sur 2 a déjà fait l’objet d’insultes ou d’injures homophobes (enquête Ifop réalisée pour la Fondation Jean Jaurès et la DILCRAH, juin 2018).

A quelques semaines des débats parlementaires sur l’extension de la PMA, nous nous inquiétons de voir resurgir des propos et slogans particulièrement violents à l’égard des familles homoparentales et des personnes LGBT. En 2012/2013, l’hystérisation du débat public sur le mariage pour tous avait entraîné une multiplication par trois des témoignages d’agressions homophobes tant verbales que physiques (Rapports sur l’homophobie 2013 et 2014 de SOS Homophobie).

Nous appelons toutes les personnes pour qui la haine homophobe, lesbophobe, biphobe et transphobe n’ont pas leur place dans la République à nous rejoindre ce dimanche.

L’événement Facebook est ICI

Référent Europe Ecologie Les Verts Île-de-France : Guillaume DURAND 06-62-42-49-73

 

Publié dans Social - Solidarités | Marqué avec | Laisser un commentaire

Non à la casse du logement social !

Communiqué de presse 12 octobre 2018

A l’occasion du congrès annuel HLM qui s’est tenu à Marseille, La Fédération des élus.es verts et écologistes, la FEVE alerte sur la situation extrêmement délicate des bailleurs sociaux. Ceux-ci confirment la précarité financière de nombre d’entre eux, précarité causée par les choix budgétaires du gouvernement.
La baisse des loyers de 800 millions d’euros (Réduction de Loyer de Solidarité) imposée en 2018 et de nouveau, pour le même montant, en 2019, par le gouvernement en compensation de la diminution des Aides personnalisées au logement (APL), évite certes un impact direct sur les locataires, mais est financée entièrement par les bailleurs. En moyenne, cette perte de recette représente les deux tiers de l’autofinancement, c’est-à-dire de leur capacité à investir, notamment dans la construction. Les locataires seront, à terme, pénalisés par la baisse des petits et gros travaux d’entretien et de réhabilitation, notamment énergétique, à l’heure où le GIEC confirme l’urgence à agir contre le dérèglement climatique.
De plus, la hausse de la TVA de 5,5 à 10% sur la construction et la réhabilitation risque de diminuer encore ces travaux indispensables.
Eric Piolle, maire EELV de Grenoble et président de l’office public Actis, indique « La baisse des APL et la hausse de la TVA représentent dès 2018 une perte sèche de 5 millions d’euros, soit plus que l’autofinancement d’Actis. ». Toute chose étant égale par ailleurs, ce niveau de perte sèche se retrouve chez tous les bailleurs à vocation sociale, notamment pour les plus actifs qui répondent au défi du logement de qualité pour toutes et tous.
Le gel des loyers et le financement obligatoire de l’ANRU par les bailleurs sociaux ajoutent encore aux contraintes financières. L’injonction de vente des logements HLM est une fausse bonne idée, à l’heure où deux millions de ménages attendent un logement social.
Certes, les fusions ou regroupements d’organismes auraient du être engagés depuis longtemps pour une vraie bataille efficace pour l’accès au logement de qualité. Cela aurait ainsi mobiliser les ressources – parfois dormantes – pour développer le parc du logement social dans les territoires.
Pour autant la méthode, imposée sans concertation pour les organismes qui ont moins de 12 000 logements, peut nuire à la proximité, n’est pas automatiquement source de gains et pour finir fragilise les organismes vertueux en liens avec des collectivités ambitieuses sur le front du logement.
La FEVE appelle donc les élu.e.s et les citoyen.ne.s à se mobiliser contre cette politique de casse du logement social. Le logement social est un bien commun indispensable en cette période de hausse de la pauvreté et de la précarité énergétique, et est depuis 100 ans une composante majeure de la solidarité nationale.
La FEVE demande au gouvernement de :
- renoncer à la RLS (Réduction de Loyer de Solidarité) en 2019
- revenir à un taux de TVA de 5,5 % pour la construction et la réhabilitation des logements sociaux
- engager un grand plan de relance du logement accessibles à tout.es : action foncière, construction et rénovation énergétique ambitieuse pour respecter l’Accord de Paris pour le climat.

Catherine Hervieu, présidente de la FEVE
Christine Garnier, vice-présidente de la métropole de Grenoble, en charge de l’habitat, du logement et de la politique foncière
Béatrice Vessiller, vice-présidente de la métropole de Lyon, en charge de la rénovation de l’habitat
Catherine Candelier, secrétaire de la FEVE

Publié dans Social - Solidarités | Marqué avec | Laisser un commentaire

Adhérez à prix libre à Europe Ecologie Les Verts et rejoignez le parti de l’écologie solidaire !

Envie de participer à un mouvement qui met l’écologie et la solidarité au centre de ses préoccupations ?

Envie de vous mobiliser pour une région plus verte et plus humaine

Adhérez à prix libre en Ile-de-France !

Europe Ecologie Les Verts est un parti politique qui défend avant tout la terre et vous, ses habitant-es

Malgré notre exposition médiatique, nous restons un petit parti, qui a besoin de vos dons pour exister et défendre de vraies valeurs écologiques et humaines.